Blog

Je dis NON

15 Oct 2020 | J’entre en action

Savoir dire NON, mon plus grand apprentissage depuis que je suis à mon compte.

Etre indépendant, c’est pour beaucoup synonyme de liberté…

Alors sommes-nous vraiment libres lorsque nous sommes incapables de dire NON à un client, à une demande ou à une sollicitation ?

Voici une petite liste des réponses toutes faites à la question « Pourquoi ne diriez-vous pas NON ? » :
« Je ne peux pas dire non ! »
« Le client ne va pas revenir si je lui dis non ! »
« Il ne voudra plus travailler avec moi »
« J’ai dit oui au début, mais maintenant … »
« Je me suis engagé, je ne peux plus revenir en arrière »
et la meilleure « impossible de dire non, le client est ROI ! »

Vous vous reconnaissez ?

Pour l’avoir expérimenté à maintes reprises, ces mécanismes sont de véritables prisons. On s’enferme dans son propre fonctionnement, ses croyances et ses peurs. Vous savez ces peurs souvent infondées, tricotées ou encore montées en mayonnaise ?

Notre grande amie la peur, la peur d’oser dire NON et par extension la peur de manquer, la peur de ne pas être aimé, la peur de décevoir, etc. La liste est tellement longue que je vais m’arrêter là, chacun mettra sa propre suite.

Elle est tellement viscérale cette peur qu’elle génère un réflexe (réaction inconsciente et très rapide) celui de dire OUI sans réfléchir, sans prendre le temps (même rapide) de peser le pour et le contre. De se poser la question : « est-ce bon pour moi de dire OUI ? » ou encore « est-ce en accord avec mes valeurs ? »

Pour l’avoir éprouvé, dire NON ou dire STOP, demande énormément d’énergie. Cela peut sembler insurmontable et pourtant quel soulagement une fois fait.

Je vais partager avec vous l’une de mes expériences.

Je me suis retrouvée dans une situation avec plusieurs intervenants. Des personnes qui ne se connaissaient pas et qui ont été réunies pour un seul et même projet. Rapidement, je me suis retrouvée face à un des intervenants qui était aux antipodes de ce que je suis, de mes valeurs. Tout était à l’opposé de moi : la méthode, le discours, les manières… Il a commencé à m’imposer ses choix, sa vision et sa méthode.

En prenant du recul et en appelant à l’aide aussi, merci Marie-Elisabeth BOURRET – Ressourc’in, j’ai pris conscience que le mode de fonctionnement que l’on m’imposait ne me convenait pas, que je ne pouvais être en aucun cas créative dans ces conditions (alors que c’était pour ça que l’on était venu me chercher).

Mon corps, mon cœur et ma tête m’ont clairement fait comprendre que je m’auto-détruisai en restant ainsi, sans oser dire NON, sans oser dire « je ne travaille pas dans ces conditions ».
Les pires des choses qui pouvaient arriver, pour moi, en disant stop, étaient que le client mette fin à notre collaboration et que l’on dise de moi « pff elle a baissé les bras ».

Mettriez-vous votre santé (physique et mentale) en jeux pour un client, pour des jugements ? Pour moi la réponse fût clairement NON.

A partir de ce moment là, le plus compliqué a été de faire part de mon point de vue en y mettant les formes (communication non violente). Une fois fait, le temps a passé et le client est resté, nous avons trouvé une solution ensemble, une solution gagnant-gagnant 😉.

Exprimer ce que l’on ressent et poser ses limites sont des clés pour trouver son propre équilibre et se respecter.

Prenez un peu de recul, posez les peurs à côté de vous (oui oui, juste là sur la chaise) et de manière factuelle, décrivez ce qu’il peut vraiment se passer si vous dites NON ou STOP et mettez cela dans la balance face à votre santé et bien-être…
Pas grand chose en réalité, si ce n’est d’avoir pris le temps de vous écouter et de vous respecter.
Alors dites-le : NON, quand c’est bon pour vous 😉.
je dis NON

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles dans la même catégorie