Blog

Indépendant : s’organiser quand on est malade

3 Fév 2020 | J’entre en action

«  Je suis malade et pourtant The show must go on ! » 
La hantise des indépendants et des entrepreneurs : être malade. 
Et oui, en étant à son compte, l’arrêt maladie est un doux rêve. A moins d’une catastrophe, bénéficier de ses Indemnités journalières pour lesquelles on cotise assidûment est, là aussi, totalement utopique. Long débat sur lequel je ne vais pas m’étendre.
« Vous êtes entrepreneur, vous l’avez choisi ! » certains diront. 
Et oui le choix de l’indépendance est un choix motivé par plusieurs raisons et propres à chacun. 
Pour ma part, c’était la liberté qu’offrait le statut : souplesse des horaires, choix des clients, choix des prestations, choix de tout. La logique voudrait que la souplesse des horaires me permette de prendre un temps de repos pour ensuite me remettre au travail. Ah oui mais il y a les RDV, les engagements, les « obligations », la production. «  Si je ne bosse pas, je ne facture pas ! »
Travailler en étant malade ne vous apportera rien de bon : erreur, temps dupliqué pour une tâche, accumulation de fatigue…  

Indépendant en prestation de services : comment s’organiser quand on est malade ?

Phase 1 : j’accepte d’être malade, je prend le temps de consulter et de mettre en place un traitement.

Phase 2 : j’organise mon planning en conséquence.
Quels sont les impératifs, vous savez ceux qui vont faire que la Terre va s’arrêter de tourner ? Comment puis-je m’organiser pour répondre à ces impératifs ?
Je déplace les RDV et j’annule ce qui ne m’aidera pas à guérir.

Phase 3 : j’ose dire à mes clients que je suis malade, vous verrez les réactions sont compréhensives et compatissantes. Par contre rassurez-les bien sur le fait que vous vous êtes organisé en conséquence et que vous vous occuperez d’eux à votre retour dès que possible.

Phase 4 : je prend soin de moi. Je dors au maximum en me couchant plus tôt, en faisant des siestes réparatrices. Je prend mon traitement, je peux compléter avec des techniques de bien-être, se faire masser quand on est malade est une source de bien-être incroyable !
Et je délègue tout ce qui peut l’être ou je fais moins dans ma vie privée. Intendance et logistique de la maison au ralenti, l’idée étant d’aller au plus simple et au plus efficace. Gardez votre énergie pour aller mieux et pas pour la poussière sur la commode du salon ou le repassage.

Phase 5 : Je reprends un rythme doux peut-être en dehors des horaires « classiques »  pour palier aux impératifs et me remettre dans le bain sans être encore trop sollicité.

En mettant en place des actions pour traverser la maladie, vous vous serez respecté et vous aurez rechargé vos batteries pour mieux repartir 🙂.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles